>Accueil>Sortir et découvrir>Le patrimoine>Le patrimoine architectural>L’architecture civile

L'architecture civile

L’Hôtel de Ville de Guebwiller

Une inscription gravée sur son oriel précise qu’il a été construit en 1514, par Marquart Hesser, marchand de draps. À sa mort, ses héritiers le vendirent au chapitre de Murbach qui en fit la maison communale. Il perdit alors sa fonction de maison privée. L’oriel à cinq pans, les meneaux, le portail et les différentes moulures curvilignes imitant des branches d’arbres donnent à l’hôtel de ville de Guebwiller le cachet si particulier de l’époque Gothique flamboyant.

 

Les maisons Renaissance à Soultz

La ville de Soultz a conservé dans son centre le tissu urbain de la Renaissance, à l’exception de la place de la République, aménagée au XIXe siècle. La plupart des maisons bourgeoises ont été construites aux XVIe et XVIIe siècles entre la Révolte des paysans et la Guerre de Trente Ans. Elles sont pourvues d’éléments d’architecture comme les tourelles d’escaliers ou les oriels qui soulignent la richesse dont jouissait la cité grâce à la culture de la vigne. Les maisons vigneronnes s’organisent généralement autour d’une cour intérieure. L’accès aux dépendances et aux sous-sols se fait par des porches en plein cintre, souvent millésimés.

 

L’Art Nouveau

Ce style, appelé « Modern Style » puis Art Nouveau en France, est un courant éphémère qui ne s’est développé que de 1890 à 1914. Rejeté à Paris, l’Art Nouveau se développe essentiellement dans les villes de province, donnant vie à la célèbre école de Nancy. L’Art Nouveau alsacien se développe aussi en opposition à l’architecture officielle impériale de l’Alsace annexée. Né en rejet de la production industrielle naissante responsable, d’après William Morris ou John Ruskin, d’un assèchement créatif, l’Art Nouveau se développe en opposition complète à la société codifiée de la fin du XIXe siècle, refusant l’académisme et le style classique et se retournant vers la production originale. Les évolutions techniques des constructions (le fer riveté, le béton armé, l’architecture de fer et de verre) permettent au décor de s’exprimer sur l’enveloppe et non plus en partie intégrante de l’architecture. Inspiré par la nature, symbole de la vie, l’Art Nouveau rassemble des décors végétaux d’arbres et de fleurs, des représentations animales (insectes, coquillages, etc) dans une composition marquée de lignes ondulantes. Dans un deuxième mouvement, l’Art Nouveau s’exprime dans un géométrisme, linéaire et épuré. Déjà démodé à la veille de la Première Guerre mondiale, il est remplacé par les Arts Déco.

 

Adolphe Sautier (1870-1944)

Originaire d’une famille suisse, Adolphe Sautier est né le 5 décembre 1870 à Guebwiller. Il fait ses études d’architecture à Munich. La tradition familiale rapporte qu’il vendait des journaux pour financer son école d’architecture. De retour en Alsace, il s’installe à Strasbourg entre 1895 et 1899. De retour à Guebwiller, il habite d’abord rue Madame Adolphe, puis « le château », c’est-à-dire l’actuelle école Daniel, son entreprise étant quant à elle située rue Théodore Deck. Il donne naissance à deux fils, René et Pierre. Architecte reconnu, il exerce dans différents domaines, comme l’architecture usinière, les travaux de restauration d’édifices, la construction d’édifices publics, de maisons individuelles ou de commerce. Lors de la Deuxième Guerre mondiale, son nom est germanisé en « Sautter ». Il meurt à la Libération le 19 avril 1944, enterré à Guebwiller dans le caveau familial Sautier-Claudel.

 

Les maisons Art Nouveau de Guebwiller

La commune de Guebwiller compte plusieurs exemples remarquables de maisons Art Nouveau :

  • La maison Novak (104 rue de la République). Construite en 1903, cette maison était à l’origine un magasin de confection installé sur deux niveaux. À l’instar des grands magasins de Strasbourg, les commerçants des bourgades se font construire de nouveaux magasins. Cette architecture particulière permet aux commerçants de s’affirmer dans une ville en pleine industrialisation. Les vitrines sont alors de grandes dimensions afin d’apporter de la lumière et d’éclairer les produits en vente, séduisant la clientèle par une image de progrès et de modernité.
  • 69 rue de la République. Construite vers 1900, cette maison est la plus belle œuvre Art Nouveau de Guebwiller. Intégralement conservés, les décors sont caractéristiques du style Art Nouveau : lignes ondulantes, lierre, arbre de vie, serpent d’Esculape… Deux portes d’entrée piétonnes desservent le magasin et les étages.
  • Ancienne quincaillerie Weil (116 rue de la République). Les magasins se construisent dans le centre commerçant de Guebwiller, où le tissu urbain est dense. Afin d’accroître la surface de vente, le magasin est la plupart du temps sur deux niveaux. Cette maison, construite en 1912, est par conséquent plus tardive que les autres maisons de Sautier. Elle comporte moins d’éléments caractéristiques de l’Art Nouveau. L’inspiration Néoclassique de cette architecture éclectique a sans doute été une volonté du commanditaire.
  • La maison Dubich (3 rue Saint-Antoine). La maison a été construite dès l’origine pour accueillir une librairie, plus précisément celle d’un éditeur : Boltze, spécialisé dans les manuels scolaires allemands. Les chouettes sculptées sont des décors symboliques de la profession, les parchemins et les livres qu’ils portent dans leurs griffes représentent le savoir contenu dans le magasin.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERAP1000212
art nouv

 

Brochures et pistes audioguidées disponibles en français, en allemand et en anglais :

 

Aller sur la page des brochures

 

Aller sur la page des Audioguides

 

Aller sur la page de l’application mobile

 

Flash infos

Prochain Conseil de Communauté

le jeudi 26 septembre 2019 à 19 heures

Lire la suite >

Évènement

Lire la suite >